admin juillet - 28 - 2010 Episodes1 COMMENT






Attaqué par un serpent alors qu’il se trouve en terre inconnue, le prince Tamino perd connaissance. Trois Dames surgissent, terrassent l’animal et partent prévenir la Reine de la Nuit : peut-être pourra-t-il « lui rendre la paix qu’elle ne trouve plus ». Revenu à lui, Tamino se trouve face au serpent mort et l’oiseleur Papageno, qui se vante d’en être venu à bout.


Ecoutez l’extrait :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.




Je suis l’oiseleur, me voilà,
Toujours gai, hop la ! hop la la !
Moi, l’oiseleur, je suis connu
Des jeunes et des vieux dans toute la contrée.
Pour attirer je sais m’y prendre,
Pour siffler m’y connais aussi,
Et toujours suis d’humeur joyeuse,
Car tous les oiseaux sont à moi.





L’éclairage de René Jacobs

«Nous ne sommes pas tous capables de parcourir jusqu’à son terme ce difficile chemin qui conduit de la religion populaire à celle de l’élite, parce que certains, comme Papageno, trouvent cette religion élitiste “trop élevée et trop abstraite”. Et ni Schikaneder, qui joua lui- même le rôle de Papageno, ni Mozart ne lui en tiennent rigueur : Papageno, qui ne fera jamais partie des initiés, reste le personnage le plus sympathique de toute l’œuvre – à l’image du “Hanswurst”, le personnage comique de l’opéra baroque allemand, il vient relativiser le sublime.
Nous sommes restés fidèles au texte du livret dans la version utilisée lors de la création et n’avons procédé dans les dialogues qu’à des suppressions minimes. Nous avons renoncé à la troisième strophe du premier air de Papageno (n°2), car elle n’a été ajoutée qu’en 1795.»



Le PODCAST:

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


One Response to “Episode 1: Un drôle d’oiseleur”

    ELINCK
    août 31st, 2010 at 15 h 14 min

    Je me réjouis d’entendre la flûte enchantée par Me. René Jacobs. Je suis certain que comme c’est l’habitude l’interprétation sera originale et soignée. J’écoute la flûte depuis environ 65 ans, sur disques de pierre jusqu’à aujourd’hui avec autant de plaisir. Le film d’Ingmar Bergman m’a permis de la voir pour la première fois. Je l’ai vue plusieurs fois à la TV allemande, mais la TV belge – néerlandophone ou francophone, semble ignorer ce type de culture.

Leave a Reply

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Ce blog est mis en ligne à l occasion de la parution de La Flûte Enchantée de Mozart, dans la version de René Jacobs, qui paraitra le 7 octobre chez harmonia mundi. Découvrez le, nous serons très heureux de lire vos commentaires !